Surnom Wikipédia




Puisque l'on nage en pleine histoire-fiction, une autre question, bien plus intéressante, mérite d'être posée : Le vieux Tibère avait-il décelé les défauts, voire la folie de son petit-neveu ? Et si oui, pourquoi ne remit-il jamais en cause les droits de Caius-Caligula à sa succession (à égalité avec ceux de Tiberius Gemellus, son petit-fils) ?

Le surnom peut ĂŞtre une simple façon d'abrĂ©ger un prĂ©nom ou un nom, lui donnant alors une consonance plus familière et/ou amicale. On peut utiliser un prĂ©nom existant, plus court, partageant une ressemblance phonĂ©tique avec le prĂ©nom rĂ©el. Ex : Julien pourra devenir Jules , Julot, JUL, etc, Linda pourra devenir Lilou, etc. C'est alors un diminutif (voir aussi nom affectueux , nom affectif ), donnĂ© et portĂ© comme signe d'affection et/ou d'amitiĂ©.

Dans la seconde moitiĂ© du II e  siècle  av. J.-C. , l’usage du cognomen s’étend Ă  d’autres couches sociales, par imitation de l’aristocratie, jusqu’à se gĂ©nĂ©raliser Ă  toutes les classes sociales libres Ă  la fin de la rĂ©publique . Ă€ partir de la fin du II e  siècle  av. J.-C. , les affranchis rĂ©cupèrent leur ex-nom d’esclave comme cognomen . En 45 av. J.-C., la Lex Iulia Municipalis impose pour le recensement des citoyens romains l’usage des tria nomina , et donc consacre l’usage gĂ©nĂ©ral du cognomen pour tous les Romains libres. L’usage du nom de famille et du cognomen perdure dans la pĂ©riode impĂ©riale [ 2 ] .

© 2012 - CNRTL
44, avenue de la Libération BP 30687 54063 Nancy Cedex - France
TĂ©l. : +33 3 83 96 21 76 - Fax : +33 3 83 97 24 56

ville - traduction français-anglais. Forums pour discuter de ville, voir ses formes composées, des exemples et poser vos questions. Gratuit.

Tags: exemple, de, surnom, pour, site, de, rencontre, la,

Foto:

exemple de surnom pour site de rencontre laexemple de surnom pour site de rencontre la

Video:

Search
Menu:

Dans la seconde moitiĂ© du II e  siècle  av. J.-C. , l’usage du cognomen s’étend Ă  d’autres couches sociales, par imitation de l’aristocratie, jusqu’à se gĂ©nĂ©raliser Ă  toutes les classes sociales libres Ă  la fin de la rĂ©publique . Ă€ partir de la fin du II e  siècle  av. J.-C. , les affranchis rĂ©cupèrent leur ex-nom d’esclave comme cognomen . En 45 av. J.-C., la Lex Iulia Municipalis impose pour le recensement des citoyens romains l’usage des tria nomina , et donc consacre l’usage gĂ©nĂ©ral du cognomen pour tous les Romains libres. L’usage du nom de famille et du cognomen perdure dans la pĂ©riode impĂ©riale [ 2 ] .